Gagetown

Strip 361

Marde : façon québécoise de dire “merde”.

Pantoute : québécisme pour “pas du tout”.

Comparé les fantassins de la deuxiême guerre mondiale à ceux de nos jours est comme comparé le jour et ka nuit. Mais je n'ai pas pû m'en empêcher. Et honnêtement je ne sais pas quoi en penser. L'armée des années 40 devait sans doute être très endurcit. Pas seulement à cause des combats bien plus intense que toute la guerre d'Afghanistan, mais aussi que la vie était bien plus dure à l'époque et le peuple beaucoup plus rurals qu'aujourd'hui. Par contre il ne me fait aucun doute que c'était une armée moins discipliné. L'armée canadienne en 1939 ne comptais qu'environ 50 000 hommes, en 1944 ils étaient plus de 300 000 ! L'entraînement c'était fait à la va-vite tout comme les promotions. Mais les Canadiens ont été efficaces durant la guerre. Et je vous confirme que de nos jours, y en a beaucoup pour qui c'est la fi du monde s'il n'y avait pas réseau. Des princesses ! Heureusement pas tous.

Enfin, pour la phrase lancé par le caporal dans la première case, il semble que c'était un truc souvent dit par les Canadiens-français. Une phrase pour expliquer leur ténacité et détermination. Mais elle est plus une légende urbaine qu'autre chose.

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.